La semaine dernière, on m'a envoyé à Copenhague pour suivre un colloque où j'ai pu parler de la situation actuelle avec quelques collègues, et tout spécialement de l'exode massif de syriens auquel l'Europe doit actuellement faire face. Durant la discussion, j'ai relevé que certains de mes collègues ne distinguaient pas nationalisme et patriotisme. Une lacune qui m'exaspère toujours. Car si les deux termes sont souvent liés, ils ne doivent pas être pour autant assimilés. Le patriotisme est l'attachement qu'on porte à son son pays. Un amour assez ardent pour qu'on soit disposé à le favoriser. S'il est fréquemment assimilé au nationalisme, c’est dans les faits un concept bien plus archaïque, qui renferme un assortiment idéologique bien moindre. Le nationalisme ne peut voir le jour que si les nations sont des entités formelles, alors que le patriotisme peut tout bonnement signifier la dévotion portée à un territoire ou une localité et ne requiert pas l’idée abstraite de « nation ». Le patriotisme est davantage un ressenti qu’un dogme politique, en réalité, même s'il peut quand même galvaniser l’action en certaines occasions (le plus souvent en temps de conflit, évidemment). On pourrait sûrement penser qu’il croît dans le terreau des conservateurs, mais ce serait passer oublier un peu vite que les gouvernements de gauche ont aiguillonné ce sentiment patriotique à leur avantage. L'URSS s'en est largement servie au cours de la seconde guerre mondiale. Si j'ai un seul regret concernant mon colloque à Copenhague, c'est de n'avoir pas eu un moment à moi pour mieux apprécier l'endroit. Je n'avais encore jamais visité le coin et j'aurais apprécié profiter de quelques heures de libre pour l'explorer à ma guise. Malheureusement, nous avons passé l'intégralité de notre temps cloîtré dans une salle de meeting, à écouter des intervenants nous servir leurs boniments (vous savez, le genre de discours un peu vague où, à la fin, vous vous rendez compte que l'intervenant n'a pas développé une seule idée concrète). Et par une curieuse ironie du sort, dans une salle qui exhibait une vue ravissante par la fenêtre ! Si la thématique vous intéresse, je vous recommande de vous inscrire au prochain séminaire à Copenhague, suivez le lien pour plus d’infos.

11850087_552984534858833_1507152018_n