Sous l'Anémone

05 septembre 2019

Le risque de la crise

La zone euro voit son chômage en baisse pour une croissance en hausse, et pourtant on parle de plus en plus d’une crise économique cette année. À la décharge des alarmistes il convient de rappeler que certains indicateurs fiables sont dans le rouge. Voici lesquels et pourquoi ils indiquent un risque de krach boursier, dans un environnement de facteurs optimistes. La bourse américaine complètement surévaluée Lorsque la crise des créances immobilières insolvables est apparue en 2007, la banque centrale américaine, la Fed, a injecté 200 milliards de dollars dans les coffres des banques. L’objectif était de leur donner des liquidités afin qu’elles puissent prêter aux ménages et aux entreprises. Mais tout ne s’est pas déroulé comme prévu. Les banques ont profité de cet argent pas cher pour acheter massivement des actions d’entreprise. Et cela n’a pas toujours marché, ainsi la JP Morgan Chase se retrouve à court de fonds propres en cas de séisme. Pourtant le stratagème a globalement payé. La demande est donc devenue forte sur les marchés boursiers, ce qui a fait augmenter la valeur des actions. Au final l’écart entre le coût d’une prise de participation dans une entreprise et le dividende que l’investisseur peut en retirer, se creuse dangereusement. L’indicateur phare est l’indice CAPE (Cyclically Adjusted Price to Earnings), développé par le prix Nobel d’économie Robert Schiller. Sa valeur se calcule en divisant la valeur boursière par la moyenne des bénéfices annuels sur 10 ans. Le 1er août 1929 il se situait à +31, quand 2 mois plus tard survint le krach boursier du jeudi 24 octobre 1929. Le 1er décembre 1999 il pointe à +44, puis en mars 2000 arrive l’éclatement de la bulle Internet. La valeur moyenne de l’indice CAPE se situe à 17. À la fin du 3e trimestre 2017, il atteignait +31. Quand les crises économiques viennent de Wall Street Plus les banques investissent l’argent pas cher octroyé par la FED dans les actions, plus le prix des actions gonfle. À un moment donné les analystes des grands fonds d’investissement vont considérer que ça suffira comme ça, et diminueront leurs achats. La demande baissera, le prix aussi, et à partir de la 2 scénarios pourront naître. Dans le meilleur des cas la bulle ne fera que se dégonfler. Il s’agira d’une correction de marché, les investisseurs qui ont suivi de plus gros investisseurs qui ont eux-même fait comme les fonds géants en seront pour leur argent. Privés du bénéfice d’une potentielle revente pour payer leurs propres dettes, ils se débrouilleront pour se renflouer ailleurs. Les plus malins attendront que l’indice CAPE soit revenu à sa normale pour réinvestir. Mais dans le pire des cas la bulle pourrait bien éclater. Du jour au lendemain de grands fonds d’investissement se débarrassent simultanément d’une grande quantité d’actions. Dans les heures qui suivent ils se rendent compte que tout le monde a fait comme eux, et la valeur des actions plonge immédiatement. L’argent se volatilise en quelques minutes, de nombreux fonds d’action se retrouvent les poches vides, eux qui avaient pourtant bien progressé jusqu’ici.

Posté par chroniquedeleau à 08:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]


25 juin 2019

J'ai fait comme un pilote de chasse

Ma chère épouse considère que je passe trop de temps sur internet. Et elle a raison. Le pire étant que le plus souvent, j'avoue que c'est surtout du temps perdu. Je sérendipite, quoi. Mais de temps à autre, il m'arrive de découvrir un trésor qui justifie toutes ces heures de sérendipité. C'est ce qui m'est arrivé dernièrement, lorsque j'ai découvert qu'on pouvait faire un véritable dogfight, et ce sans même qu'il soit besoin d'avoir son PPL ! Ca se passait à St-Estèphe, près de Bordeaux, où j'avais des amis que je n'avais pas vue depuis un bail. J'ai donc sauté sur l'occasion. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que je n'ai pas regretté une seule seconde, car ça a été tout simplement fantastique. Difficile de raconter une telle expérience. Au matin, j'ai commencé par me familiariser aux bases du pilotage. N'ayant pas de licence de pilotage, je démarrais de zéro, mais heureusement, le briefing était bien fichu. Puis est venu le moment de décoller. Un peu nerveux, j'ai grimpé dans un appareil qui affichait un sourire peint sur la carlingue. Alors, concrètement, comment ça se passe ? Imaginez un laser game à bord de de biplans au style rétro. Que vous pilotez vous-mêmes. L'instructeur, qui se trouve être un ancien pilote de chasse de l'armée de l'air et a participé à des dogfights dans tous les conflits de ces dernières années, est à l'arrière. Il fait décoller l'appareil puis vous remet graduellement les commandes. Vous apprenez non seulement à vous déplacer mais aussi à manoeuvrer pour amener l'appareil ennemi. Et quand vous le touchez, cela déclenche des fumigènes et l'appareil abattu laisse échapper une traînée de fumée grâce à un système de fumigènes ! Evidemment, ce n'est qu'un jeu, je peux vous dire que vous perdez vite cette réalité de vue, une fois que le dogfight commence. Surtout lorsque vient le moment de permuter les rôles et que vous êtes pris à votre tour en chasse par l'appareil ennemi ! La crainte d'être touché est quant à elle tout à fait réelle ! Si vous habitez dans les environs de Bordeaux,, c'est une expérience. Ce n'est pas une expérience qu'on peut vivre tous les jours ! Voilà le site où j'ai trouvé toutes les infos. Bonne chance, jeune Maverick !Retrouvez toutes les infos sur cette activité de combat aérien en suivant le lien.

combat aerien2

Posté par chroniquedeleau à 16:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juin 2019

Les hauteurs stratégiques

Il y a des hauteurs stratégiques au-dessus et tout autour qui ont essuyé des tirs en permanence. Bien sûr, les Allemands étaient également conscients que c’était le lieu le plus susceptible d’être utilisé pour une percée et essayaient simplement d’effacer Nevsky Pyatachok de la surface de la terre. Il existe des données sur la quantité de métal enfouie dans chaque mètre carré de ce pays. À ce jour, le métal est encore solide. Mon père m’a raconté comment il avait été blessé. La blessure était grave et il a passé le reste de sa vie avec des éclats d’obus dans la jambe, tous les fragments n’ayant pas pu être enlevés. Sa jambe lui faisait toujours mal et il n’a jamais pu redresser correctement son pied par la suite. Quand Barack Obama a été élu, beaucoup d'Américains et beaucoup d'Européens et d'Occidentaux se sont dit que ça y est un cap avait été passé. Ils ont élu un président noir et après pour la lutte pour les droits civiques des années 60, après cette longue histoire déchirante de l'esclavage, de la guerre de Sécession etc. Là, pour le coup on peut dire qu'il y a eu une vraie avancée et que la société américaine va de l'avant vers moins de racisme, plus d'humanisme. Il y a eu un espèce de retour de bâton, un retour en arrière. La société américaine devient de plus en plus violente. Donald Trump sur Twitter. Après 22 mois d'enquête, le procureur spécial Robert Mueller a conclu qu'il n'y avait pas eu d'entente entre l'équipe du républicain et Moscou, dans son rapport publié jeudi. Mais, si M. Trump crie depuis victoire, s'estimant totalement exonéré, ces conclusions ne l'ont pas blanchi des soupçons d'entrave à la justice. M. Mueller a ainsi montré que Donald Trump avait essayé de torpiller son enquête, en voulant notamment le limoger. Elle s'entretiendra à ce sujet par téléphone ce lundi avec les élus démocrates de la chambre basse. L'appel, prévu en fin d'après-midi, promet d'être agité tant les avis diffèrent sur la marche à suivre, avec en perspective l'option explosive d'une procédure de destitution, ou "impeachment". Plusieurs élus de l'aile la plus à gauche du parti y sont favorables, dont la sénatrice Elizabeth Warren, candidate à la Maison Blanche. Un manifestant a déjà porté plainte. Samedi 20 avril se tenait l’acte de 23 des gilets jaunes. Les appels à poursuivre le mouvement ont déjà été lancés et deux dates se distinguent déjà. La première est celle de l’acte 24 le samedi 27 avril. L’autre est celle du 1er mai, déjà baptisé "acte ultime" par plusieurs évènements Facebook. Les forces de l’ordre s’attendent à un regain de violences suite à la convergence entre gilets jaunes, black blocs et manifestants plus traditionnels. Suivez les dernières informations sur le mouvement des gilets jaunes dans notre direct. 12:02 - Qui avait accès au fichier recensant les gilets jaunes blessés ? Le Canard enchaîné a révélé plusieurs informations sur le fichier SI-VIC, qui semble avoir été utilisé à Paris pour "ficher" des personnes blessées dans le cadre des manifestations Gilets jaunes. On apprend par exemple qu'il s'agit d'un fichier actualisé en temps réel et consultable par des agents du ministère de la Justice, de l’Intérieur et des Affaires étrangères. Le Canard enchaîné a insisté sur le fait que ces informations permettaient d'interpeller les patients, parfois suspectés de dégradations ou violences à leur sortie de l'hôpital et que les policiers blessés auraient bénéficié de l’anonymat.

Posté par chroniquedeleau à 08:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 avril 2019

Un avion vintage à réaction

Dimanche dernier, j'ai réalisé un vieux fantasme : j'ai volé à bord d'un avion de chasse. J'avais déjà réalisé un baptême à bord d'un avion bi-place l'année dernière, et pensais donc être conditionné en la matière. Mais comme j'ai pu le constater en l'air, un vol dans un avion de chasse ne ressemble en rien à un vol à bord d'un appareil habituel. Le grondement des moteurs, par exemple, y est assourdissant. Si vous considérez que le bruit des moteurs dans un appareil de Ryanair est déjà extrême, multipliez-le par 3 et vous commencerez à comprendre ! La sensation qu'on y éprouve est de manière générale très différente. La petite sensation d'être écrasé contre son siège qu'on subit au décollage d'un avion de ligne ? Eh bien, on l'éprouve en continu, dans un avion de chasse. C'est d'ailleurs la sensation la moins vive de toutes ! Vous vous êtes déjà retrouvé à hurler dans un Boeing, vous ? Le pilote a débuté par une phase de découverte mais s'est terminé par une séance voltige particulièrement impressionnante ! Difficile de rapporter un tel moment. J'ai eu droit à la totale. Vol sur le dos, vrilles, boucles, immelmann... Physiquement, c'est presque trop. Les g sont tendus et on passe de +5g à -1G en deux secondes. Je crois que le corps n'est pas fait pour supporter des stress. L'appareil allait parfois si vite que mes joues étaient tordu par la vitesse ! Je devais contracter mes muscles en permanence rien que pour rester éveillé ! Et lorsqu'on regagné la terre ferme, j'étais courbaturé comme jamais auparavant. Bref, j'ai subi des sensations extrêmes au point d'en être patraque. Et néanmoins, je recommencerais sans hésiter une seule seconde, si on m'en donnait l'occasion ! Si vous pensez vivre une aventure, il faut bien être conscient d'une chose : ce n'est pas pour tout le monde !Retrouvez toutes les infos sur ce de baptême en avion de chasse en suivant le lien.

Posté par chroniquedeleau à 10:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 avril 2019

Un milliard pour le mur de Trump

Le chef du Pentagone Patrick Shanahan a annoncé lundi avoir débloqué un milliard de dollars pour la construction d'une section du mur frontalier voulu par le président Donald Trump à la frontière avec le Mexique. La Sécurité intérieure (DHS) a demandé au Pentagone de construire un mur de 91 km de long dans la région de El Paso (Texas), et le corps du génie de l'armée de Terre « est autorisé à se coordonner directement avec le DHS et les gardes-frontières pour entreprendre la planification et la mise en oeuvre de ce projet à hauteur d'un milliard de dollars », a indiqué le secrétaire à la Défense par intérim dans un communiqué. M. Shanahan justifie cette dépense par la loi fédérale. Un paragraphe de l'article 10 du Code des États-Unis « autorise le secrétariat à la Défense à construire des routes et des barrières et à installer des éclairages pour empêcher [...] le trafic de drogue transfrontalier ». « Par conséquent, j'ai décidé d'entreprendre [...] la construction d'un mur de 91 km de long et de 5,5 m de haut, de construire et de réparer les routes et d'installer des éclairages comme requis » par le DHS, précise M. Shanahan dans ce communiqué publié à une heure tardive, quelques heures seulement avant qu'il ne s'adresse au Congrès pour défendre le projet de budget du Pentagone. Frustré par le refus du Congrès de lui accorder le budget qu'il réclamait pour construire le mur frontalier, Donald Trump a déclenché le 15 février une procédure d'« urgence nationale » qui lui permet de contourner les parlementaires afin de débloquer plus de huit milliards de dollars de financements. Cette mesure exceptionnelle a indigné les démocrates, mais aussi des élus de son camp, qui estiment que le républicain outrepasse les pouvoirs présidentiels et crée un dangereux précédent.

Posté par chroniquedeleau à 16:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 février 2019

Acrobaties aériennes volontaires

A chacun son jardin secret. Pour ma part, j'entretiens une passion plutôt insolite à l'égard des avions de chasse. Une passion pour la philatélie aurait certes été plus facile à assouvir, mais malheureusement, on ne choisit pas vraiment. Pendant des années, je ne suis jamais sorti sans avoir mon avion de chasse fétiche avec moi. Je le sortais en permanence et imaginais des batailles aériennes. Si cette passion s'est heureusement adoucie à l'âge adulte, je me suis toujours promis qu'un jour, je monterais à bord d'un véritable appareil. Il m'aura fallu pas mal d'années, mais j'ai enfin pu réaliser mon rêve dernièrement, en effectuant un vol. Je ne crois pas que je pourrai oublier ce vol avant un moment. Les émotions que m'a fournies ce vol resteront pour toujours gravées en lettres de feu dans ma mémoire. Car vous l'avez peut-être remarqué : il existe une différence fondamentale entre lire un récit et la vivre soi-même. Je m'étais mûrement renseigné sur les impressions procurées par un avion de chasse : la puissance des G qui vous fait multiplier votre poids habituel par 6, l'apesanteur que procure les G négatifs, la nausée qui se fait sentir au bout d'un moment... Mais on a beau savoir tout ça, je pense qu'on n'est jamais vraiment prêt ; mais quand le corps ressent physiquement tout cela qu'on découvre que le savoir est bien peu de choses tant qu'elle n'est pas vécue. Certaines figures étaient si violents qu'ils en devenaient atroces. Et je dois admettre que, bien que j'aie adoré cette expérience, j'ai poussé un petit soupir de soulagement quand est venu le moment de regagner le sol ! :-) Il faut dire que je commençais à avoir le teint blanc. Si vous carburez comme moi à l'adrénaline, je vous invite sérieusement à essayer l'aventure. Je vous mets le site par lequel je suis passé pour ce baptême, pour ceux que ça intéresse.A lire sur le site internet de ce de vol en avion de chasse à La Roche sur Yon.

Posté par chroniquedeleau à 14:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2019

Dans la zone neutre

Jean Paul Getty est devenu l’homme le plus riche d’Amérique, et son premier milliardaire, grâce à une bande aride de désert où il a découvert le pétrole dans les années 1950. Le pays était une «zone neutre» à cheval entre l’Arabie saoudite et le Koweït, un vestige de l’époque où les puissances européennes découpaient des frontières invraisemblables avec des frontières droites à travers le Moyen-Orient. Les gisements restent une ressource formidable: ils peuvent pomper l'équivalent de 15 milliards de dollars de brut par an aux prix actuels. Le fameux avare Getty fit sortir l'huile des champs aussi fort que possible. En revanche, les Saoudiens et les Koweïtiens ne pompent plus un seul baril aujourd'hui en raison d'un conflit de souveraineté, d'un orgueil et d'un manque d'argent centenaires. Dans d’autres circonstances, la lutte autour de la zone neutre constituerait un obscur conflit local intéressant une poignée de responsables gouvernementaux, de diplomates étrangers et de responsables du secteur pétrolier. Mais ces temps ne sont pas normaux sur le marché pétrolier - ou au Moyen-Orient, qui est pris dans les politiques du président Trump, qui veille à contenir l'Iran, et du prince héritier d'Arabie Saoudite, Mohammed bin Salman, qui a également Les yeux sont tournés vers l’Iran mais la controverse entoure le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. Les sanctions américaines contre l'Iran devraient reprendre effet début novembre. Alors que les prix du pétrole atteignent déjà leur niveau le plus élevé depuis quatre ans, Washington encourage ses alliés à ouvrir complètement les robinets pour que les fournitures puissent faire baisser les prix. Les 500 000 barils par jour que les gisements de pétrole de la zone neutre pourraient produire - à peu près comme l’Équateur, membre de l’OPEP - contribueraient grandement à rassurer le marché sur le fait qu’il ya suffisamment de brut pour faire face à la perte de production iranienne sanctionnée, mais également celui de toute panne future. «Il y a peu de capacité disponible», a déclaré Jason Bordoff, directeur du Center on Global Energy Policy de la Columbia University à New York et ancien responsable pétrolier de l'administration Obama. "Et cela rend le marché nerveux." Pour neutraliser la zone neutre, Washington essaie depuis plusieurs mois de convaincre l’Arabie saoudite et le Koweït de conclure un accord pour la reprise des travaux, qui n’ont rien donné depuis leur fermeture après une série de combats. entre 2014 et 2015. Jusqu'à présent, les diplomates américains sont rentrés chez eux les mains vides. Lors de la dernière tentative de percée, le prince Mohammed s’est rendu fin septembre au Koweït pour rencontrer le souverain du pays, le cheikh Sabah Al-Ahmed Al-Sabah. Ce qui devait être une visite décisive de deux jours a été écourté, le prince étant parti inopinément quelques heures après son arrivée dans la nation voisine - sans accord. En privé, des responsables du secteur pétrolier et des diplomates au courant des pourparlers ont déclaré que la réunion s’était mal déroulée, les deux parties échangeant des barbes.

Posté par chroniquedeleau à 09:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2018

Comme un voyage dans le temps, mais en quad

Le week-end, j'ai voyagé dans l'espace et dans le temps. Dans l'espace, lors d'une randonnée en quad en pleine nature dans l'Yonne ; et dans le temps, en découvrant enfin la fameuse Vézelay : un superbe site ici qui méritait bien une présentation de ma part. Cette basilique est impressionnante avant même d'en franchir les portes. De la route, on ne voit qu’elle. Sa haute silhouette, impressionnante de force et de beauté, se détache sur le ciel et semble appeler les automobilistes à la visiter. Ce que je n'ai évidemment pu m'empêcher de faire (je n'ai jamais pu résister à une vieille pierre qui me fait de l'oeil). Pour aller voir de près ce qui de loin coupe le souffle, le chemin se parcourt à pied. Après avoir gravi la colline par des ruelles étroites, je suis enfin arrivé à la basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay. Un endroit splendide. La pénombre du narthex enveloppe et prépare à l’illumination qui attend celui qui entre, pourrait-on dire, en initiation. La surprise vient des puissants jets de lumière qui pénètrent par les hautes fenêtres de la nef et éclairent les trois portails sculptés. Le tympan central offre un spectacle saisissant. Le Christ, immense, trône dans sa mandorle au milieu des Apôtres. Dans la voussure, l’ensemble des peuples de la terre s’unissent dans un même élan vers le Sauveur. La fraternité des hommes se célèbre dans le temps terrestre autant que céleste. La contemplation de cette composition grandiose agit à la manière d’une bénédiction. L’entrée dans la nef à voûte en berceaux aux arcs-doubleaux noir et blanc impose son chemin, à l’évidence cosmique. Les chapiteaux racontent des scènes de la Bible et de la vie des saints avec une grâce et un souci du détail qui n’excluent pas la cocasserie. Lorsque les feux du soleil couchant embrasent le chœur, l’architecture gothique exulte au côté de la douce harmonie romane. C'est sûrement la meilleure heure pour découvrir le lieu (mais c'est généralement le cas pour tous les lieux de culte, où la lumière est au centre de l'architecture). Après ça, je suis allé visiter les terrasses du château pour apprécier la vue. Le panorama ouvre sur la vallée de la Cure et se déploie jusqu’aux confins de l’horizon. Un écrin de verdure pour cette basilique construite au IXe siècle et achevée au XIIe siècle. Tout amateur de vieilles pierres est saisi par la simplicité de son plan (une croix latine), par son ampleur (120 mètres de long), par la hauteur de la nef (18 mètres). De même que par sa crypte carolingienne, son transept et sa salle capitulaire du XVIIe siècle. C'est véritablement une œuvre unique. Les guerres de Religion, la Révolution française et le temps l'ont réduite à l’état de ruine. Mais en 1840, Prosper Mérimée, alors inspecteur des Monuments historiques, a été ému par le site. Il aura fallu vingt ans à l’architecte Viollet-le-Duc pour redonner son âme à la basilique, inscrite au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1979. Si vous passez dans le coin, cette basilique est décidément un lieu à visiter. Et si vous préférez les activités chargées d'adrénaline, je vous recommande d'essayer la randonnée en quad : l'activité est certes moins contemplative, mais apporte son lot d'émerveillement ; je me suis senti redevenir enfant pour quelques heures. Suivez le lien pour en savoir plus sur cette rando en quad à Etampes.

quad7 (2)

Posté par chroniquedeleau à 12:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2018

Se concentrer sur la technologie

Le marché du travail mondial a besoin de transformation. La technologie change le monde à un rythme sans précédent, des startups comme Uber et Airbnb perturbant tous les secteurs et toutes les fonctions. Les compétences en technologie deviennent un préalable indispensable. Pourtant, aux États-Unis et dans la plupart des pays, le système éducatif n’enseigne pas aux travailleurs les compétences dont ils ont besoin pour répondre à cette demande, ce qui crée une pression indéniable sur le marché - et ce problème ne fera que s’aggraver. D'ici 2020, plus du tiers des compétences de base de la plupart des professions seront composées de compétences qui ne sont pas considérées comme cruciales pour les emplois actuels, entraînant une pénurie de 40 millions de travailleurs hautement qualifiés et de 45 millions de travailleurs moyennement qualifiés dans le monde. De plus, on estime que 65% des enfants qui entrent à l’école primaire aujourd’hui occuperont des emplois qui n’existent même pas encore. Enseigner les compétences de base en STEM ne suffit plus. Pour préparer les enfants à la réussite, l’éducation doit se recentrer sur la technologie, car la demande de compétences technologiques s'étendra à toutes les fonctions et à tous les secteurs, de l'agriculture à la vente au détail en passant par le secteur bancaire. À mon avis, 90% des nouveaux emplois de demain nécessiteront des compétences en technologie. L’ingénierie des réseaux, l’analyse des données, la cybersécurité et les emplois associés seront au cœur du marché du travail, et il incombe aux dirigeants d’accorder la priorité à la préparation des étudiants. Si le système éducatif ne résout pas ce problème maintenant et ne le transforme pas, l'inclusion numérique ne sera pas créée, mais plutôt une fracture numérique plus large. Votre infrastructure peut-elle soutenir une économie numérique? Les pays leaders tournés vers l'avenir comprennent le potentiel de l'Internet des objets. Ils mettent déjà en place la bonne infrastructure pour capitaliser sur les 15 milliards d'objets connectés actuellement, qui passeront rapidement à 50 milliards d'ici 2020 et peut-être à 500 milliards d'ici 2030. Les énormes quantités de données générées nécessiteront l'infrastructure analyser correctement les informations, fournir des informations et permettre notre environnement numérique de manière à ouvrir la voie à l’égalité pour tous. Des investissements stratégiques dans des domaines tels que le haut débit, le Wi-Fi urbain et les réseaux intelligents peuvent rapprocher les pays d’une infrastructure performante qui informe les entreprises, les villes intelligentes et, au final, les cadres nationaux. En Inde, le Premier ministre Narendra Modi s'emploie à mettre en place des architectures compatibles avec la vision de Digital India, qui exploite les technologies de l'information et de la communication pour fournir des services aux citoyens, une éducation virtuelle, des soins de santé à distance, etc. Si cette vision est mise en œuvre avec succès, l'Inde transformera complètement la manière dont les gouvernements, les citoyens et les entreprises interagissent, créant une valeur économique sans précédent. Ce n’est plus une question de savoir si ou quand la révolution numérique aura lieu - nous sommes au cœur de celle-ci, et cela transforme le mode de fonctionnement du monde. Les dirigeants indiens, français, britanniques, allemands, du Moyen-Orient et d'ailleurs ont reconnu que la numérisation était une opportunité de stimuler la compétitivité sur la scène mondiale, servant de modèle aux États-Unis et au reste du monde. C’est maintenant au tour des autres dirigeants de décider s’ils vont s’engager dans la transformation et prendre la tête de l’ère numérique, ou prendre du retard.

Posté par chroniquedeleau à 08:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2018

Les bienfaits de la bonne nutrition

Juste manger quelques aliments et être plus intelligent, plus alerte, améliorez votre mémoire? Eh bien, apparemment, il existe des aliments que vous pouvez manger pour améliorer votre mémoire et votre apprentissage. Un article récent dans Environmental Nutrition, 5 étapes pour nourrir votre cerveau, énumère un certain nombre d'aliments et d'étapes pour nourrir votre cerveau. 1. Les aliments riches en phytonutriments - ce ne sont pas des vitamines ou des minéraux, mais des nutriments pour les plantes qui ont des effets bénéfiques sur la santé des plantes et de nous. Il y a beaucoup de phytonutriments, celui appelé flavonoïdes, qui sont bons pour la santé du cerveau. Celles-ci favorisent la mémoire et l'apprentissage. Les aliments végétaux entiers sont meilleurs que ceux transformés, alors choisissez: a. Agrumes - orange entière vs jus d'orange, pamplemousse, tranches de citron dans l'eau glacée b. Brocoli - faites-le cuire au micro-ondes, faites-le cuire à la vapeur ou mangez-le cru avec la vinaigrette ranch lite c. Le soja 2. Les glucides non raffinés - avez-vous déjà entendu des gens dire: «Surveillez vos glucides»? Je ne suis pas sûr de ce pour quoi ils les regardent. Oui, vous devriez limiter les glucides raffinés, mais les glucides non raffinés sont parfaits pour votre santé et pour votre cerveau. Les glucides raffinés, comme les sucres raffinés, favorisent le stress dans le corps. Évitez donc les aliments contenant des sucres ajoutés, du pain blanc raffiné et de la farine blanche. Choisissez plutôt des grains entiers, des flocons d'avoine, des Cheerios, des pains de grains entiers, des craquelins de grains entiers, des chips de soleil. Les haricots et les légumineuses favorisent également la santé du cerveau. Les glucides non raffinés n'augmentent pas votre taux de sucre dans le sang, mais favorisent une glycémie stable qui favorise l’attention et la mémoire. 3. Oméga-3 - une bonne graisse. On a tellement écrit sur les mauvaises graisses comme les graisses saturées. Mais il y a de bons gras comme les oméga-3. Bon pour ton coeur et bon pour ton cerveau. Les fruits de mer, le saumon et le thon fournissent 2 types d’oméga-3, de DHA et d’EPA - deux aliments pour le cerveau. Un autre oméga-3 se trouve dans le walntus et le lin. Saupoudrer du lin sur vos céréales ou dans votre smoothie est un bon choix. Éviter les graisses saturées non seulement bénéfiques pour votre cœur mais protège également votre cerveau. Les régimes riches en graisses saturées sont associés à un déclin mental. 4. Les aliments frits sont de mauvais aliments - beaucoup de gens sont surpris par cela. Beaucoup pensent que les pépites de poulet frites sont saines car elles sont faites de poulet. Pas vrai. Les aliments frits contiennent une substance appelée AGE qui est liée au déclin de la mémoire à mesure que nous vieillissons. Donc, réduire les aliments frits. 5. Poids santé - maintenir un poids normal est bon pour votre cœur, votre cerveau et votre santé en général. Des études ont établi un lien entre l'obésité et moins de fonctions cérébrales en vieillissant. L'activité physique est liée à l'amélioration de la fonction cérébrale. Par conséquent, optez pour la natation, la marche ou le vélo. Retrouvez plus d'informations sur l'organisateur de cette activité de cours de cuisine.

Posté par chroniquedeleau à 08:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,