Sous l'Anémone

25 avril 2019

Un avion vintage à réaction

Dimanche dernier, j'ai réalisé un vieux fantasme : j'ai volé à bord d'un avion de chasse. J'avais déjà réalisé un baptême à bord d'un avion bi-place l'année dernière, et pensais donc être conditionné en la matière. Mais comme j'ai pu le constater en l'air, un vol dans un avion de chasse ne ressemble en rien à un vol à bord d'un appareil habituel. Le grondement des moteurs, par exemple, y est assourdissant. Si vous considérez que le bruit des moteurs dans un appareil de Ryanair est déjà extrême, multipliez-le par 3 et vous commencerez à comprendre ! La sensation qu'on y éprouve est de manière générale très différente. La petite sensation d'être écrasé contre son siège qu'on subit au décollage d'un avion de ligne ? Eh bien, on l'éprouve en continu, dans un avion de chasse. C'est d'ailleurs la sensation la moins vive de toutes ! Vous vous êtes déjà retrouvé à hurler dans un Boeing, vous ? Le pilote a débuté par une phase de découverte mais s'est terminé par une séance voltige particulièrement impressionnante ! Difficile de rapporter un tel moment. J'ai eu droit à la totale. Vol sur le dos, vrilles, boucles, immelmann... Physiquement, c'est presque trop. Les g sont tendus et on passe de +5g à -1G en deux secondes. Je crois que le corps n'est pas fait pour supporter des stress. L'appareil allait parfois si vite que mes joues étaient tordu par la vitesse ! Je devais contracter mes muscles en permanence rien que pour rester éveillé ! Et lorsqu'on regagné la terre ferme, j'étais courbaturé comme jamais auparavant. Bref, j'ai subi des sensations extrêmes au point d'en être patraque. Et néanmoins, je recommencerais sans hésiter une seule seconde, si on m'en donnait l'occasion ! Si vous pensez vivre une aventure, il faut bien être conscient d'une chose : ce n'est pas pour tout le monde !Retrouvez toutes les infos sur ce de baptême en avion de chasse en suivant le lien.

Posté par chroniquedeleau à 10:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]


19 avril 2019

Un milliard pour le mur de Trump

Le chef du Pentagone Patrick Shanahan a annoncé lundi avoir débloqué un milliard de dollars pour la construction d'une section du mur frontalier voulu par le président Donald Trump à la frontière avec le Mexique. La Sécurité intérieure (DHS) a demandé au Pentagone de construire un mur de 91 km de long dans la région de El Paso (Texas), et le corps du génie de l'armée de Terre « est autorisé à se coordonner directement avec le DHS et les gardes-frontières pour entreprendre la planification et la mise en oeuvre de ce projet à hauteur d'un milliard de dollars », a indiqué le secrétaire à la Défense par intérim dans un communiqué. M. Shanahan justifie cette dépense par la loi fédérale. Un paragraphe de l'article 10 du Code des États-Unis « autorise le secrétariat à la Défense à construire des routes et des barrières et à installer des éclairages pour empêcher [...] le trafic de drogue transfrontalier ». « Par conséquent, j'ai décidé d'entreprendre [...] la construction d'un mur de 91 km de long et de 5,5 m de haut, de construire et de réparer les routes et d'installer des éclairages comme requis » par le DHS, précise M. Shanahan dans ce communiqué publié à une heure tardive, quelques heures seulement avant qu'il ne s'adresse au Congrès pour défendre le projet de budget du Pentagone. Frustré par le refus du Congrès de lui accorder le budget qu'il réclamait pour construire le mur frontalier, Donald Trump a déclenché le 15 février une procédure d'« urgence nationale » qui lui permet de contourner les parlementaires afin de débloquer plus de huit milliards de dollars de financements. Cette mesure exceptionnelle a indigné les démocrates, mais aussi des élus de son camp, qui estiment que le républicain outrepasse les pouvoirs présidentiels et crée un dangereux précédent.

Posté par chroniquedeleau à 16:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 février 2019

Acrobaties aériennes volontaires

A chacun son jardin secret. Pour ma part, j'entretiens une passion plutôt insolite à l'égard des avions de chasse. Une passion pour la philatélie aurait certes été plus facile à assouvir, mais malheureusement, on ne choisit pas vraiment. Pendant des années, je ne suis jamais sorti sans avoir mon avion de chasse fétiche avec moi. Je le sortais en permanence et imaginais des batailles aériennes. Si cette passion s'est heureusement adoucie à l'âge adulte, je me suis toujours promis qu'un jour, je monterais à bord d'un véritable appareil. Il m'aura fallu pas mal d'années, mais j'ai enfin pu réaliser mon rêve dernièrement, en effectuant un vol. Je ne crois pas que je pourrai oublier ce vol avant un moment. Les émotions que m'a fournies ce vol resteront pour toujours gravées en lettres de feu dans ma mémoire. Car vous l'avez peut-être remarqué : il existe une différence fondamentale entre lire un récit et la vivre soi-même. Je m'étais mûrement renseigné sur les impressions procurées par un avion de chasse : la puissance des G qui vous fait multiplier votre poids habituel par 6, l'apesanteur que procure les G négatifs, la nausée qui se fait sentir au bout d'un moment... Mais on a beau savoir tout ça, je pense qu'on n'est jamais vraiment prêt ; mais quand le corps ressent physiquement tout cela qu'on découvre que le savoir est bien peu de choses tant qu'elle n'est pas vécue. Certaines figures étaient si violents qu'ils en devenaient atroces. Et je dois admettre que, bien que j'aie adoré cette expérience, j'ai poussé un petit soupir de soulagement quand est venu le moment de regagner le sol ! :-) Il faut dire que je commençais à avoir le teint blanc. Si vous carburez comme moi à l'adrénaline, je vous invite sérieusement à essayer l'aventure. Je vous mets le site par lequel je suis passé pour ce baptême, pour ceux que ça intéresse.A lire sur le site internet de ce de vol en avion de chasse à La Roche sur Yon.

Posté par chroniquedeleau à 14:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 février 2019

Dans la zone neutre

Jean Paul Getty est devenu l’homme le plus riche d’Amérique, et son premier milliardaire, grâce à une bande aride de désert où il a découvert le pétrole dans les années 1950. Le pays était une «zone neutre» à cheval entre l’Arabie saoudite et le Koweït, un vestige de l’époque où les puissances européennes découpaient des frontières invraisemblables avec des frontières droites à travers le Moyen-Orient. Les gisements restent une ressource formidable: ils peuvent pomper l'équivalent de 15 milliards de dollars de brut par an aux prix actuels. Le fameux avare Getty fit sortir l'huile des champs aussi fort que possible. En revanche, les Saoudiens et les Koweïtiens ne pompent plus un seul baril aujourd'hui en raison d'un conflit de souveraineté, d'un orgueil et d'un manque d'argent centenaires. Dans d’autres circonstances, la lutte autour de la zone neutre constituerait un obscur conflit local intéressant une poignée de responsables gouvernementaux, de diplomates étrangers et de responsables du secteur pétrolier. Mais ces temps ne sont pas normaux sur le marché pétrolier - ou au Moyen-Orient, qui est pris dans les politiques du président Trump, qui veille à contenir l'Iran, et du prince héritier d'Arabie Saoudite, Mohammed bin Salman, qui a également Les yeux sont tournés vers l’Iran mais la controverse entoure le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. Les sanctions américaines contre l'Iran devraient reprendre effet début novembre. Alors que les prix du pétrole atteignent déjà leur niveau le plus élevé depuis quatre ans, Washington encourage ses alliés à ouvrir complètement les robinets pour que les fournitures puissent faire baisser les prix. Les 500 000 barils par jour que les gisements de pétrole de la zone neutre pourraient produire - à peu près comme l’Équateur, membre de l’OPEP - contribueraient grandement à rassurer le marché sur le fait qu’il ya suffisamment de brut pour faire face à la perte de production iranienne sanctionnée, mais également celui de toute panne future. «Il y a peu de capacité disponible», a déclaré Jason Bordoff, directeur du Center on Global Energy Policy de la Columbia University à New York et ancien responsable pétrolier de l'administration Obama. "Et cela rend le marché nerveux." Pour neutraliser la zone neutre, Washington essaie depuis plusieurs mois de convaincre l’Arabie saoudite et le Koweït de conclure un accord pour la reprise des travaux, qui n’ont rien donné depuis leur fermeture après une série de combats. entre 2014 et 2015. Jusqu'à présent, les diplomates américains sont rentrés chez eux les mains vides. Lors de la dernière tentative de percée, le prince Mohammed s’est rendu fin septembre au Koweït pour rencontrer le souverain du pays, le cheikh Sabah Al-Ahmed Al-Sabah. Ce qui devait être une visite décisive de deux jours a été écourté, le prince étant parti inopinément quelques heures après son arrivée dans la nation voisine - sans accord. En privé, des responsables du secteur pétrolier et des diplomates au courant des pourparlers ont déclaré que la réunion s’était mal déroulée, les deux parties échangeant des barbes.

Posté par chroniquedeleau à 09:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 décembre 2018

Comme un voyage dans le temps, mais en quad

Le week-end, j'ai voyagé dans l'espace et dans le temps. Dans l'espace, lors d'une randonnée en quad en pleine nature dans l'Yonne ; et dans le temps, en découvrant enfin la fameuse Vézelay : un superbe site ici qui méritait bien une présentation de ma part. Cette basilique est impressionnante avant même d'en franchir les portes. De la route, on ne voit qu’elle. Sa haute silhouette, impressionnante de force et de beauté, se détache sur le ciel et semble appeler les automobilistes à la visiter. Ce que je n'ai évidemment pu m'empêcher de faire (je n'ai jamais pu résister à une vieille pierre qui me fait de l'oeil). Pour aller voir de près ce qui de loin coupe le souffle, le chemin se parcourt à pied. Après avoir gravi la colline par des ruelles étroites, je suis enfin arrivé à la basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay. Un endroit splendide. La pénombre du narthex enveloppe et prépare à l’illumination qui attend celui qui entre, pourrait-on dire, en initiation. La surprise vient des puissants jets de lumière qui pénètrent par les hautes fenêtres de la nef et éclairent les trois portails sculptés. Le tympan central offre un spectacle saisissant. Le Christ, immense, trône dans sa mandorle au milieu des Apôtres. Dans la voussure, l’ensemble des peuples de la terre s’unissent dans un même élan vers le Sauveur. La fraternité des hommes se célèbre dans le temps terrestre autant que céleste. La contemplation de cette composition grandiose agit à la manière d’une bénédiction. L’entrée dans la nef à voûte en berceaux aux arcs-doubleaux noir et blanc impose son chemin, à l’évidence cosmique. Les chapiteaux racontent des scènes de la Bible et de la vie des saints avec une grâce et un souci du détail qui n’excluent pas la cocasserie. Lorsque les feux du soleil couchant embrasent le chœur, l’architecture gothique exulte au côté de la douce harmonie romane. C'est sûrement la meilleure heure pour découvrir le lieu (mais c'est généralement le cas pour tous les lieux de culte, où la lumière est au centre de l'architecture). Après ça, je suis allé visiter les terrasses du château pour apprécier la vue. Le panorama ouvre sur la vallée de la Cure et se déploie jusqu’aux confins de l’horizon. Un écrin de verdure pour cette basilique construite au IXe siècle et achevée au XIIe siècle. Tout amateur de vieilles pierres est saisi par la simplicité de son plan (une croix latine), par son ampleur (120 mètres de long), par la hauteur de la nef (18 mètres). De même que par sa crypte carolingienne, son transept et sa salle capitulaire du XVIIe siècle. C'est véritablement une œuvre unique. Les guerres de Religion, la Révolution française et le temps l'ont réduite à l’état de ruine. Mais en 1840, Prosper Mérimée, alors inspecteur des Monuments historiques, a été ému par le site. Il aura fallu vingt ans à l’architecte Viollet-le-Duc pour redonner son âme à la basilique, inscrite au patrimoine mondial de l’humanité depuis 1979. Si vous passez dans le coin, cette basilique est décidément un lieu à visiter. Et si vous préférez les activités chargées d'adrénaline, je vous recommande d'essayer la randonnée en quad : l'activité est certes moins contemplative, mais apporte son lot d'émerveillement ; je me suis senti redevenir enfant pour quelques heures. Suivez le lien pour en savoir plus sur cette rando en quad à Etampes.

quad7 (2)

Posté par chroniquedeleau à 12:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 novembre 2018

Se concentrer sur la technologie

Le marché du travail mondial a besoin de transformation. La technologie change le monde à un rythme sans précédent, des startups comme Uber et Airbnb perturbant tous les secteurs et toutes les fonctions. Les compétences en technologie deviennent un préalable indispensable. Pourtant, aux États-Unis et dans la plupart des pays, le système éducatif n’enseigne pas aux travailleurs les compétences dont ils ont besoin pour répondre à cette demande, ce qui crée une pression indéniable sur le marché - et ce problème ne fera que s’aggraver. D'ici 2020, plus du tiers des compétences de base de la plupart des professions seront composées de compétences qui ne sont pas considérées comme cruciales pour les emplois actuels, entraînant une pénurie de 40 millions de travailleurs hautement qualifiés et de 45 millions de travailleurs moyennement qualifiés dans le monde. De plus, on estime que 65% des enfants qui entrent à l’école primaire aujourd’hui occuperont des emplois qui n’existent même pas encore. Enseigner les compétences de base en STEM ne suffit plus. Pour préparer les enfants à la réussite, l’éducation doit se recentrer sur la technologie, car la demande de compétences technologiques s'étendra à toutes les fonctions et à tous les secteurs, de l'agriculture à la vente au détail en passant par le secteur bancaire. À mon avis, 90% des nouveaux emplois de demain nécessiteront des compétences en technologie. L’ingénierie des réseaux, l’analyse des données, la cybersécurité et les emplois associés seront au cœur du marché du travail, et il incombe aux dirigeants d’accorder la priorité à la préparation des étudiants. Si le système éducatif ne résout pas ce problème maintenant et ne le transforme pas, l'inclusion numérique ne sera pas créée, mais plutôt une fracture numérique plus large. Votre infrastructure peut-elle soutenir une économie numérique? Les pays leaders tournés vers l'avenir comprennent le potentiel de l'Internet des objets. Ils mettent déjà en place la bonne infrastructure pour capitaliser sur les 15 milliards d'objets connectés actuellement, qui passeront rapidement à 50 milliards d'ici 2020 et peut-être à 500 milliards d'ici 2030. Les énormes quantités de données générées nécessiteront l'infrastructure analyser correctement les informations, fournir des informations et permettre notre environnement numérique de manière à ouvrir la voie à l’égalité pour tous. Des investissements stratégiques dans des domaines tels que le haut débit, le Wi-Fi urbain et les réseaux intelligents peuvent rapprocher les pays d’une infrastructure performante qui informe les entreprises, les villes intelligentes et, au final, les cadres nationaux. En Inde, le Premier ministre Narendra Modi s'emploie à mettre en place des architectures compatibles avec la vision de Digital India, qui exploite les technologies de l'information et de la communication pour fournir des services aux citoyens, une éducation virtuelle, des soins de santé à distance, etc. Si cette vision est mise en œuvre avec succès, l'Inde transformera complètement la manière dont les gouvernements, les citoyens et les entreprises interagissent, créant une valeur économique sans précédent. Ce n’est plus une question de savoir si ou quand la révolution numérique aura lieu - nous sommes au cœur de celle-ci, et cela transforme le mode de fonctionnement du monde. Les dirigeants indiens, français, britanniques, allemands, du Moyen-Orient et d'ailleurs ont reconnu que la numérisation était une opportunité de stimuler la compétitivité sur la scène mondiale, servant de modèle aux États-Unis et au reste du monde. C’est maintenant au tour des autres dirigeants de décider s’ils vont s’engager dans la transformation et prendre la tête de l’ère numérique, ou prendre du retard.

Posté par chroniquedeleau à 08:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 septembre 2018

Les bienfaits de la bonne nutrition

Juste manger quelques aliments et être plus intelligent, plus alerte, améliorez votre mémoire? Eh bien, apparemment, il existe des aliments que vous pouvez manger pour améliorer votre mémoire et votre apprentissage. Un article récent dans Environmental Nutrition, 5 étapes pour nourrir votre cerveau, énumère un certain nombre d'aliments et d'étapes pour nourrir votre cerveau. 1. Les aliments riches en phytonutriments - ce ne sont pas des vitamines ou des minéraux, mais des nutriments pour les plantes qui ont des effets bénéfiques sur la santé des plantes et de nous. Il y a beaucoup de phytonutriments, celui appelé flavonoïdes, qui sont bons pour la santé du cerveau. Celles-ci favorisent la mémoire et l'apprentissage. Les aliments végétaux entiers sont meilleurs que ceux transformés, alors choisissez: a. Agrumes - orange entière vs jus d'orange, pamplemousse, tranches de citron dans l'eau glacée b. Brocoli - faites-le cuire au micro-ondes, faites-le cuire à la vapeur ou mangez-le cru avec la vinaigrette ranch lite c. Le soja 2. Les glucides non raffinés - avez-vous déjà entendu des gens dire: «Surveillez vos glucides»? Je ne suis pas sûr de ce pour quoi ils les regardent. Oui, vous devriez limiter les glucides raffinés, mais les glucides non raffinés sont parfaits pour votre santé et pour votre cerveau. Les glucides raffinés, comme les sucres raffinés, favorisent le stress dans le corps. Évitez donc les aliments contenant des sucres ajoutés, du pain blanc raffiné et de la farine blanche. Choisissez plutôt des grains entiers, des flocons d'avoine, des Cheerios, des pains de grains entiers, des craquelins de grains entiers, des chips de soleil. Les haricots et les légumineuses favorisent également la santé du cerveau. Les glucides non raffinés n'augmentent pas votre taux de sucre dans le sang, mais favorisent une glycémie stable qui favorise l’attention et la mémoire. 3. Oméga-3 - une bonne graisse. On a tellement écrit sur les mauvaises graisses comme les graisses saturées. Mais il y a de bons gras comme les oméga-3. Bon pour ton coeur et bon pour ton cerveau. Les fruits de mer, le saumon et le thon fournissent 2 types d’oméga-3, de DHA et d’EPA - deux aliments pour le cerveau. Un autre oméga-3 se trouve dans le walntus et le lin. Saupoudrer du lin sur vos céréales ou dans votre smoothie est un bon choix. Éviter les graisses saturées non seulement bénéfiques pour votre cœur mais protège également votre cerveau. Les régimes riches en graisses saturées sont associés à un déclin mental. 4. Les aliments frits sont de mauvais aliments - beaucoup de gens sont surpris par cela. Beaucoup pensent que les pépites de poulet frites sont saines car elles sont faites de poulet. Pas vrai. Les aliments frits contiennent une substance appelée AGE qui est liée au déclin de la mémoire à mesure que nous vieillissons. Donc, réduire les aliments frits. 5. Poids santé - maintenir un poids normal est bon pour votre cœur, votre cerveau et votre santé en général. Des études ont établi un lien entre l'obésité et moins de fonctions cérébrales en vieillissant. L'activité physique est liée à l'amélioration de la fonction cérébrale. Par conséquent, optez pour la natation, la marche ou le vélo. Retrouvez plus d'informations sur l'organisateur de cette activité de cours de cuisine.

Posté par chroniquedeleau à 08:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

10 septembre 2018

Les bibliothèques départementales

Gérées par les conseils départementaux, on les appelait jusqu’à récemment les bibliothèques départementales de prêt. Ce changement sémantique est tout à fait judicieux pour rendre compte de l’évolution de leurs missions : à l’origine chargées de desservir les communes sans équipement de lecture publique (souvent par des bibliobus) elles gardent cette mission mais qui devient beaucoup moins importante au fil des ans. Aujourd’hui leurs fonctions concernent la formation des personnels des bibliothèques municipales (y compris des bénévoles), de la mise en œuvre de toutes les politiques d’action culturelle en particulier dans le champ de la lutte contre l’exclusion et de mise en place d’infrastructures numériques au service de bibliothèques de communes rurales, par exemple pour le prêt de livres numériques. Les directrices et directeurs de ces bibliothèques que nous avons rencontrées, dans le Bas-Rhin, en Eure-et-Loir ou en Dordogne, ont insisté sur leur rôle en matière d’ingénierie et de conseil auprès des élus et des professionnels des communes rurales. Très souvent, dans les petites bibliothèques, un seul professionnel travaille aux côtés de bénévoles. Les conseils et échanges y sont précieux. Lors d’un projet d’investissement, les agents des bibliothèques départementales accompagnent les prémices du projet et se font passeurs ensuite vers les services de la DRAC. Leur expertise en ce domaine apporte une vision de moyen et long terme aux élus, sur l’évolution des usages et aussi l’estimation des coûts de fonctionnement des bâtiments construits. Diagnostic, accompagnement, formation, mise à disposition de collection, mais parfois bien plus encore : ingénierie. La bibliothèque départementale du Bas-Rhin a construit un partenariat avec la section design du Lycée Le Corbusier d’Illkirch-Graffenstaden, créant l’In situ lab - pour mettre en place des résidences de six semaines et créer des prototypes répondant à tous les défis auxquels les bibliothèques (ici souvent dans des espaces très réduits) sont confrontées - . La bibliothèque identifie des bibliothèques du réseau ou des collectivités ayant des questionnements sur le devenir de la lecture publique et joue un rôle de conviction et d’interface auprès des équipes locales. Les résultats sont toujours surprenants, souvent séduisants, telle la biblio mobile, petit dispositif de petite bibliothèque à « tirer comme un jouet » et transformable en cabane pour enfants, ou des dispositifs mobiliers (bancs de lecture, mobilier en carton, itinéraire de lecture des habitants dans un village). Un équilibre existe donc sur les territoires ruraux, qui sont souvent ceux qui ont le plus besoin de développer les équipements, besoin de services ET D4INFRASTmutualisés, d’écoute et de conseils. Le double réseau offert par les intercommunalités et les bibliothèques départementales est précieux et doit être sauvegardé.

Posté par chroniquedeleau à 13:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juin 2018

La photo est devenue digitale

En ce qui concerne la photographie, le rôle joué par la technologie et l'œil du photographe va de pair. L'histoire de la photographie numérique est ponctuée de plusieurs changements révolutionnaires et ce qui semble le plus intéressant, c'est que l'histoire des avancées est encore en cours d'écriture. Le processus de prise de vue, d'enregistrement et de transfert sur une surface visible et tangible est resté le même depuis le début de l'ère de la photographie, avec le passage progressif des plaques de verre aux plaques sèches (avec de la gélatine). film noir et blanc, puis film couleur. Le processus dans lequel une photographie est enregistrée a toujours été de permettre à la lumière focalisée de tomber sur une surface sensible à la lumière. La surface sensible à la lumière pourrait ensuite être traitée en utilisant des produits chimiques afin de produire une image positive ou négative. Le principe de base reste le même même après un siècle où la première photographie a été développée sur film. Ce qui a changé au fil des années, ce sont les moyens et méthodes employés pour obtenir une photographie. BOX BROWNIE: L'histoire de la photographie ne peut être écrite sans mention spéciale à la Box Brownie. George Eastman (de renommée Kodak) a joué un grand rôle dans le développement du film, produit pour la première fois en 1884. Quatre ans plus tard, en 1888, il lance le célèbre appareil photo Box Brownie avec le slogan: et vous appuyez sur le bouton, nous faisons le reste ! Le nom a été dérivé des dessins animés populaires créés par Palmer Cox. Ce slogan décrivait en grande partie quelle révolution le Box Brownie avait apporté au monde de la photographie. The Box Brownie était la première de son genre à l'aide de laquelle même un photographe amateur pouvait prendre une photo. En utilisant le Box Brownie, n'importe qui pourrait prendre un instantané et ne pas s'inquiéter des produits chimiques pour traiter le film. Le photographe pourrait prendre les photos en une fraction de seconde et il serait stocké sur le film qui peut être développé à un stade ultérieur. La caméra pourrait être donnée à la pharmacie qui développerait les photos pour vous. Tout peut être plus simple que cela pour provoquer un boom commercial !! Le premier Brownie, introduit en février 1900, était un appareil photo en carton très basique avec une lentille ménisque simple qui prenait des images carrées de 2 ¼ pouces sur 117 films en rouleau. Brownie 127 est l'un des modèles les plus populaires de Brownie, dont des millions ont été vendus entre 1952 et 1967. Le Brownie 127 était un simple appareil bakélite pour 127 films qui comprenait une lentille ménisque simple et un film cintré pour compenser les déficiences de la lentille. Un autre appareil photo simple était le Brownie Cresta qui a été vendu entre 1955 et 1958. Il a utilisé 120 films et avait un objectif à focale fixe. KODAK: George Eastman, l'homme qui est crédité de la percée la plus importante dans l'image de la photographie était de Kodak. Ainsi, il est évident que le nom de Kodak est lié à de nombreux développements majeurs. Kodak a inventé une gamme de produits qui sont indispensables pour la photographie, même maintenant. Dès 1936, le premier film couleur a été réalisé par Kodak et appelé Kodachrome. Plus tard, le monde a assisté à une série d'inventions de Kodak. À partir du milieu des années 1970, Kodak a inventé plusieurs capteurs d'image à semi-conducteurs qui «convertissaient la lumière en images numériques» pour les professionnels et les particuliers. En 1986, les scientifiques de Kodak ont donné au monde le premier capteur mégapixel, capable d'enregistrer 1,4 million de pixels qui pourraient produire une impression de qualité photo numérique de 5 x 7 pouces. Immédiatement l'année suivante, Kodak a sorti sept produits pour l'enregistrement, le stockage, la manipulation, la transmission et l'impression d'images vidéo fixes électroniques. Trois ans plus tard, en 1990, Kodak développait le système Photo CD et proposait «le premier standard mondial pour la définition de la couleur dans l'environnement numérique des ordinateurs et périphériques». En 1991, Kodak a lancé le premier système d'appareil photo numérique professionnel (DCS), destiné aux photojournalistes et aux professionnels. On peut dire que Kodak a permis aux appareils photo numériques d'atteindre les mains avides des masses communes. Plusieurs entreprises se sont associées à Kodak pour faire de ses efforts un succès. Certaines entreprises ont contribué à sa campagne de fabrication de caméras moins chères et ont rendu la photographie numérique abordable pour le public, comme IBM a collaboré avec Kodak pour la création d'un réseau d'échange d'images sur Internet. Certaines autres entreprises ont fabriqué les accessoires utiles pour l'impression de photographies numériques, comme Hewlett-Packard a été la première entreprise à fabriquer des imprimantes jet d'encre couleur qui complétaient les nouvelles images d'appareils photo numériques. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de photographe de portrait à Lille.

Posté par chroniquedeleau à 16:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juin 2018

Légère augmentation du déficit en mars

Le déficit s’accroît un peu en mars : 5,3 milliards, contre 5,0 milliards en février. Les exportations progressent légèrement (+0,4 % après -0,7 %), tandis que les importations rebondissent partiellement (+0,8 % après -1,5 %). Le déficit cumulé des douze derniers mois atteint 59,2 milliards d’euros, contre 62,7 milliards pour l’année 2017. La balance commerciale se détériore très fortement pour l’industrie aéronautique, du fait d’une chute marquée des ventes et d’achats un peu plus fermes, après la chute de ces derniers au mois de février. De bien moindres amplitudes, les autres évolutions négatives concernent les matériels électroniques, du fait d’un rebond des achats de téléphones portables, les produits de l’industrie automobile, en lien avec une nouvelle progression des achats et les produits agricoles, pour lesquels se combinent une baisse des ventes et une hausse des achats. Les soldes s’améliorent considérablement pour l’industrie navale, en raison de ventes de paquebots de croisière, et pour l’industrie pharmaceutique, dont les livraisons enregistrent des pics vers les Etats-Unis et la Suisse. Les autres améliorations concernent les produits pétroliers raffinés et les métaux, avec dans les deux cas une diminution des achats, et les matériels électriques dont les ventes rebondissent après avoir chuté le mois dernier. La balance des produits énergétiques reste de son côté stable, une détérioration limitée pour les hydrocarbures naturels, du fait de moindres ventes, est compensée par une légère amélioration pour les produits raffinés dont les achats diminuent. Le solde commercial s’améliore considérablement vis-à-vis de l’Amérique à la suite de ventes à caractère exceptionnel de paquebots et d’un pic des livraisons pharmaceutiques. L’amélioration est également très nette vis-à-vis de l’Europe hors UE en lien avec de plus importantes ventes aéronautiques et pharmaceutiques. A l’inverse, le solde avec l’UE et l’Asie se détériore très fortement suite à des reflux des ventes, notamment pour l’aéronautique. Les autres évolutions des soldes sont limitées : diminution pour l’Afrique et amélioration vis-à-vis du Proche et Moyen-Orient, pour cette dernière zone dans un contexte de chute simultanée des ventes et des achats.

Posté par chroniquedeleau à 15:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]